J’ai tente pour vous la medecine philippine

Il y a 10 jrs environ, je découvrais à la base de ma main gauche un petit point rouge cerné d’une rougeur insignifiante: origine inconnue, sans symptome, pas de douleur, pas de prurit….Cela faisait penser à une écharde. Quelques jours +tard, tableau clinique inchangé; j’étais malgré tout étonné de la persistence des signes. Il y a 2 jrs, évolution vers l’aggravation: augmentation de la surface des lésions, puis apparition d’un liseret rouge dm 2cm entourant une zone plus claire ( type maladie de LYME ) toujours peu de symptomes: absence de douleurs et démangeaison; puis dans les 12h suivantes apparition d’une 2eme tache. Là, inquiétude et photo pour immortaliser les troubles pour l’institut Pasteur ( joke ). Obligation de consulter.

paume le jour de la consultation

paume le jour de la consultation

le 15/02 je me présente á la consultation du dispensaire municipal de Santa Fe á 8h, voisin du poste de police et de l’office de tourisme: locaux modestes, beaucoup de personnel féminin, peu de patients pour l’instant: -good morning, sir dit la fille à l’accueil – tout sourire . Je dis: – il y a un docteur, -no sir, pas pour le moment, elle arrive á 8h30 ; -ok, je dis, je vais attendre. Beaucoup de personnel, je me répete, mais qui fait quoi exactement ? difficile à dire, au moins tout le monde se marre (si en France on débauche dans les services de santé, ici on embauche, á pas faire grand  chose… mais ça crée  des petits revenus ). Bien sur, je cause la curiosité: -d’oú viens-tu?. France, je dis. – France?. -oui, je dis, tu connais? J’en doute, car ici, on connait surtout les U.S ou l’Australie… Puis viennent les questions habituelles:- tu es lá depuis longtemps? oú loges-tu? oú étais-tu avant? oú vas-tu apres?  La fille se marre toujours :- tu es infirmiere? je dis, pour passer aux choses sérieuses. Non, dit-elle et elle me montre du doigt l’infirmiere, assise á son bureau en face. je lui montre ma main gauche à mon aide-soignante, appellons-la ainsi: qu’en dis-tu? oh!!, what is that? – I d’nt know, je dis. – Oú as-tu attrapé ça?- I d’nt know, je dis en travaillant mon accent, splinter or insect’s sting, i d’nt know…? Elle pousse un papier vers moi:  – tu vas remplir un dossier= identité, provenance, age…je vais te prendre la tension, me dit-elle; j’étais content, car mon bon docteur francais ne me la prend jamais: 13-9, tu as une tension de jeune homme. On va te peser maintenant, dit-elle. De plus en plus content, je n’ai pas été pesé par un pro depuis 10 ans; balance massive des infirmeries  francaises des annés 1950, pesée éffectuée par une autre fille ( chacune sa spécialité sans doute ): 60 kg. Zut, j’ai perdu 3-4 kgs (mais ici, pas de souci: pas de beurre et creme, pas de vin et apero, peu de pain  et sauce; tu marches , tu transpires, et hop tu perds ton surpoids, plus efficace que weight watcher et moins cher; euh, pas sur, billet d’avion paris-manila=700e, quoique!!! )

Je demande quand arrive le docteur car le temps tourne: – elle est en retard,  me répond mon aide-soignante sympa au possible; ok, je vais faire un tour au turism-office à 20m à coté. – n’oublies pas de revenir; – no problem. La fille du tourisme m’apporte peu de nouveauté: je me plie au remplissage de la doc pour les statistiques. Retour au dispensaire, tjrs pas de docteur, la conversation reprend:- are-you married? yaya; – where is your wife? – elle est restée à l’hotel; -really; -ya; – tu as des kids? – euh, des kids… j’ai 2 garcons; – tu dois avoir des kids, ici, les blancs ils ont tous des kids; – euh…, j’ai juste 2 garcons, 35 et 29 ans;  – tu vis pas avec une philippina? – hindi , je fais  ( mais elle a l’air d’ en douter ); je décide de rentrer au Coucou bar pour tranquiliser mom,… je promets de revenir. Mom était en train de lire et n’avait pas vu passer l’heure. On revient tous les 2 à la consult et je fais: -my pinoy fiancee, en présentant mom; tout le monde vient la saluer: – ta femme est belle , garde-la, me dit mon aide soignante délurée; – o ho.

Je suis recu par l’infirmiere dans son bureau; elle m’apprend que la doctoresse est bloquée par le  »typhoon », -really? pas de typhoon en vue, plutot par la grosse mer. Ou encore elle avait préféré rester à la maison .  -« Je suis habilitée à te soigner;  il me faut gerer la consultation aujourd’hui » ( pratique commune en Suede ). Nouvel interrogatoire: where, when, how… Je ne sais pas ce que tu as, peut etre une allergie mais je te prescris une pommade à appliquer 3 fois/jour et je te donne 3 comprimés contre l’allergie, tu reconsultes dans quelques jours si ca ne progresse pas vers le mieux. – ok, c’est combien; – c’est gratuit mais tu peux faire un don, ce que tu veux, me dit-elle en me montrant une corbeille. Je dépose 150p dans cette petite corbeille et nous disons au revoir; quant à elles, elle nous souhaitent un bon séjour: »take care and enjoy ».

Un peu long, mais instructif: j’ai adoré ces instants passés avec ces filles. Médecine simple, efficace et pas chere et médicaments á l’unité ( impossible encore en France, pourquoi? ).Les infirmiers philippins ont une des meilleures formations au monde et sont très recherchés.

les dialogues ont été respectés autant que possible. o ho= oui , hindi ho= non en tagalog.

plage vers l'est

plage vers l’est

Tout rentrera dans l’ordre dans les jours suivant, mon infirmière avait surement raison. Maintenant à la plage…

Une réflexion sur “J’ai tente pour vous la medecine philippine

  1. Hello Bernard!J’ai passé un bon moment au travail(j’étais seule et pas trop dérangée) à lire ton blog.Vraiment ,c’est bien,je me rends mieux compte de votre périple ,et cela doit être difficile de raconter tout ça de retour en France;Grand merçi,j’agrandirai les photos à la maison ça fait rêver!
    Où en est ta santé ?A bientôt les amis,bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *