LES CAMOTES

En arrivant sur les Camotes, un groupe de 3 îles (Ponson, Poro et Pacijan d’est en ouest, les 2 dernières étant reliées par route ) , nous découvrirons les îles les plus propres, les plus coquettes jamais visitées. Il y a ici une réelle volonté, politique, écologique et populaire, de maintenir le charme des lieux: éducation de la population, plantation d’arbres par milliers, ramassage des ordures…Ce qui montre que  »quand on veut, on peut ». Tous les jours nous assisterons à des séances  de désherbage collectif, binage, bouturage et autres entretiens de caniveaux…Des arbustes, des fleurs, des petites barrieres en bambou peint en blanc ou naturel, partout. Il existe même un concours fleuri inter-barangays  ( barangay=unité de base administratif, pourrait correspondre à un quartier en France).

petit dej maison chez Andrea

Le temps est encore nuageux, nous atterrirons à l’improviste chez Andrea, un italien chauve, au Bella Vista Mare dans le quartier de Santiago: comme déja raconté ailleurs, Andrea était tres préoccupé par l’ éducation de son fils métissé qu’il portait toute la journée dans ses bras ; il occupait une de ses chambres à louer avec sa petite famille; sinon peu de touristes en dehors de nous et un germain. Andrea ne faisant pas à manger ( ni ptit dej ni repas) sur ses conseils, nous prendrons nos repas sur la plage, dans une cabane tenue par une famille pinoy sympa, efficace et en plus bonne cuisine à pas cher: kinilaw de poisson, poisson cru à la philippine, au vinaigre,  ciboule et gingembre (1,20e si ça vous tente). Nous y croiserons Michael et Camille, un jeune couple franco-américain mignon comme tout, volontaires dans un orphelinat en Chine…

Nena’s, notre cantine sur la plage de santiago: excellente cuisine familiale

Nous louerons, le jour suivant, une moto pour tourner un peu sur l’île – peu de circulation, le soleil ayant réapparu après une nuit de pluie: visite de plages, grotte avec rivière souterraine, promenade jusqu’ à une petite île de pêcheurs pour passer un moment (Tulang isl ).

Santiago bay, plage et hotels

Santiago bay, plage et hotels

Nous mangerons dans une cantine sur la plage assez modeste et nous discuterons avec la proprio tres sympa et parlant un bon anglais: elle nous demandera si nous étions des missionnaires ( question déja posé à une autre occasion). Je répondrais non et demanderais pourquoi. C’est ainsi que nous apprendrons que nous avions le visage particulièrement doux et bon ce qui faisait songer aux missionnaires….ne riez pas. Je vais finir missionnaire un jour !!

rivière souterraine et baigneurs

rivière souterraine et baigneurs, eau limpide

Nous serons rattrappés le vendredi 13/01 par le bruit; pas de chance, un mariage s’installera sur la plage au pied de notre hotel, c’est à dire sono et basses à fond non-stop de 18h jusqu’à 9h le lendemain matin. Nous irons jeter un oeil au petit matin: la sono marchait toute seule, quelques jeunes dormaient éparpillés sur la plage et les barques. A 10h, les mariés et les invités arriveront pour attaquer le banquet: cochon de lait roti, roti de porc à l’ananas, gateau de mariés, le tout arrosé de coca cola; toute la plage était invitée à manger le cochon à la broche; nous aussi. Mais craignant une seconde nuit sans sommeil malgré l’endroit enchanteur, nous avons préféré prendre la fuite.

10 h du matin: les 3 grâces attaquent le cochon à la broche

Nous espérons repartir  via Tudela par un probable bateau vers 13h. Le bateau Junmar finira bien par arriver à 13h30: en descendront 3 scandinaves, la mère et la fille accompagnées du grand-père amaigri et chancelant sur le quai et faisant suivre en pieces détachées …un VTT; échangeant quelques mots nous apprendrons qu’il s’agissait de l’engin du papy, fou de vélo. C’est dingue ça…de se déplacer avec son vélo depuis si loin.

Le Junmar relie Tudela à Ormoc via Ponson.

les scandinaves descendant du Junmar

Nous avions émis l’idée de passer la nuit à Pilar sur l’ile la plus à l’est, celle de Ponson; mais devant un accostage assez difficile cause mer agitée, un petit village sans plage et peut etre sans logement, nous préférerons poursuivre le voyage en direction d’Ormoc sur Leyte que nous toucherons avant la nuit.

 

Il nous faudra revenir aux Camotes pour approfondir la visite mais sans le bruit, la population étant particulièrement douce et accueillante. Encore un endroit que nous avons adoré. Pour les voyageurs, ciblez le quartier de Santiago où se trouvent les plus belles plages. Il est plus aisée d’ arriver par le port de Consuelo et San Francisco, le chef-lieu est assez sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *