BIEN PREPARER SON VOYAGE aux PHILIPPINES

AVANT- PROPOS

Constatant que sur les forums  de voyage pour les PHILIPPINES les questions posées étaient souvent les mêmes, j’ai eu l’ idée de créer  cet article qui regroupe les principaux sujets abordés, où vous pourrez trouver les renseignements que vous souhaitez… enfin je l’espère.

Mise en garde. Les renseignements que vous trouverez ici peuvent être sujets à modification une fois sur place car les choses changent vite sur l’ Archipel: le temps qui passe, un typhon destructeur, un hôtelier qui fait des mauvaises affaires, un navire tombé en panne…etc, et les renseignements s’ en trouvent vite modifiés. Aussi vous ne m’ en voudrez pas , de ce fait un bon conseil:  sur place, vérifiez deux fois plutôt qu’une vos informations car les horaires, les liaisons maritimes par exemple varient aisément. Mon mode de voyage aux Philippines ( en couple d’ un age certain et sac-à-dos avec moyen de transport local) peut aussi modifier ma vision du pays, chacun rectifiera alors suivant ses penchants.

J’ ajoute pour finir que nous avons au cours de quatre séjours adoré ce pays et ses habitants.

Bienvenue – mabuhay en Tagalog-  aux Philippines, le pays du sourire

 

SITUATION

La République des Philippines – plus de 1800 km du nord au sud et 1100 km d’est en ouest – est située en Asie du sud-est et comprend 7107 îles, dont 2 grandes iles principales, celle de Luçon au nord où se trouve la capitale MANILLE et l’ île de Mindanao au sud-est dont la capitale est DAVAO, 4eme ville du pays. Bornéo est l’ île la plus proche de l’archipel.

Le pays est situé entre tropique du Cancer – qui passe sur l’île de Taîwan au nord – et l’ équateur – qui passe au sud au niveau du Sulawesi ( Indonésie ). Pour un ordre d’idée, MANILLE latitude 14,59, très proche de la latitude de Fort de France 14°61. Donc pays tropical humide avec régime de mousson.

A MANILLE, vous êtes à 10760 km de PARIS, 12400 km de QUEBEC, 1130 km de HONG KONG, 1850 km de SHANGHAI, 2624 de SEOUL….

 

QUAND ?

Quand séjourner aux Philippines ? Cette question revient souvent: la meilleure période pour prévoir un voyage s’étend de DECEMBRE à MAI sensiblement, la période de juin à novembre correspondant à la saison des pluies (mousson) et de typhon, avril-mai étant les mois les plus secs et les moins venteux. Mais ici comme ailleurs, on observe depuis quelques années des modifications météorologiques. En outre, le pays étant assez vaste, il existe des variations suivant les régions, suivant les côtes est et ouest, suivant l’ altitude…etc

La période de mousson ( juin à novembre ) connait le passage fréquent de typhons et tempềtes tropicales qui balayent souvent LUÇON sur la côte est dans une direction générale sud-est vers nord-ouest, épargnant souvent les VISAYAS centrales. Pour donner une idée de fréquence des tempêtes, le typhon Yolanda de 2013 fut le 35eme cyclone tropical de cette saison cyclonique du nord-ouest Pacifique. Ces dernières années, plusieurs typhons et tempêtes ont emprunté un itinéraire inhabituel dans le sens EST-OUEST, balayant ainsi les Visayas centrales et Mindanao.

Ainsi, il vaut mieux privilégier la période de janvier à mai pour éviter les pluies et les typhons; mars et avril sont plus chauds, la mer y est plus calme permettant de franchir les canaux d’une île à l’autre aisément.

Pour ceux qui sont obligés de prendre les congés en juillet-aout-septembre, il vaut alors mieux cibler le CENTRE-VISAYAS souvent protégé en évitant la côte est de Luçon-Samar-Leyte etc qui connait les entrées maritimes.

Pour en finir avec les typhons, ceux-ci, outre le vent, s’accompagnent de fortes pluies avec risques d’inondations et glissements de terrain.

Température élevée, 28-32°…à l’ombre; petite fraicheur en montagne ou en bord de mer la nuit, alors prévoir une petite laine.

Un dernier conseil: attention aux périodes Noel et Paques  ( beaucoup de familles philippines sur les plages à paques) pas mal de monde sur les sites touristiques et attention au nouvel an chinois, période où débarque une importante population asiatique, chinois, coréens et philippine d’origine chinoise .

 

arrivée de la tempête Washi sur Baler en décembre 2011

arrivée de la tempête  tropicale  WASHI sur Baler en décembre 2011 responsable de nombreux dégats sur Mindanao

 

 

COMMENT ?

Encore une question fréquente: comment s’y rendre? Le plus souvent et le plus facilement: EN AVION.

Il n’existe pas de vols directs pour les PHILIPPINES depuis la France, il faut prévoir une escale parfois deux.

Quelles compagnies aériennes ?

par les EMIRATS ARABES, toutes les compagnies du golfe: EMIRATES, ETIHAD, GULF AIR, QATAR AIRWAYS etc ( en pleine croissance )

par SINGAPOUR: SINGAPORE AIRLINES

par KUALA LUMPUR:  la MALAYSIA AIRLINES

par la CHINE: la CATHAY PACIFIC via HONG KONG et les autres cies chinoises: AIR CHINA, CHINA EASTERN AIRLINES, CHINA SOUTHERN…etc.

depuis l’ Europe après préacheminement: AIR FRANCE- KLM depuis AMSTERDAM, la BRITISH AIRWAYS  ( associée à la PHILIPPINES AIRLINES qui fait le vol Londres Manila en 14h ) depuis LONDRES HEATHROW, la LUFTHANSA depuis Francfort pour ceux qui habitent l’est de la France.

Voilà les principales possibilités. J’ en oublie sans doute.

avion de la Gulf Air en 2011

avion de la Gulf Air en 2011 à Roissy CDG

Que recherche-t-on dans un vol? Un tarif attractif ou une promo, une durée de vol raisonnable, une escale pas trop longue ( ou au contraire très longue pour visiter la ville d’escale ), un avion confortable ( bon équipement audio-visuel , siège spacieux, personnel attentif, repas correct…), compagnie fiable …etc

Mes compagnies préférées dans l’ordre: la SINGAPORE loin devant, puis EMIRATES, ETIHAD, largement devant Gulf AIR

Les compagnies qui m’auraient tenté: CATHAY PACIFIC, MALAYSIA AIRLINES superbe service et excellent plan de vol disait-on, avant que MALAYSIA connaisse ses malheurs.

Mon meilleur souvenir pour exemple: un vol sur la SINGAPORE en 2010 pour 706€ sans assurance, départ à 11h15, arrivée le lendemain à 13h15 avec escale de  2h45, en A380 sur le premier tronçon, service de rève, siège confortable avec place pour les jambes, billet acheté 15 jrs avant le départ.

Une idée des tarifs sans assurance: 706€ sur SINGAPORE en 2010 donc, 718€ en 2011 sur GULF AIR, 719€ en fin 2011 sur EMIRATES, 608 en 2014 sur ETIHAD. La SAUDI AIRLINES a la réputation de faire des tarifs très attractifs mais service assez spartiate.

Durée de voyage assez longue: par exemple 14h30 de vol + 4h d’escale soit 18h30; prévoir de 16-20 heures de voyage en moyenne. La Cathay propose des vols assez court soit 15h45 pour l’aller et 17h25 pour le retour escale comprise.

Les meilleures escales: SINGAPOUR, DUBAI pour les magasins, les bars , les disponibilités…

escale et attente aux Emirats

escale et attente aux Emirats, ici ABU DHABI, beaucoup de monde

Aéroport d’accueil aux Philippines:

– aéroport de MANILLE ( Ninoy Aquino international Airport ou NAIA), principale entrée sur l’archipel à 7-10kms du centre; comporte 4 terminaux et vous atterrirez  à NAIA1, lequel est secondé par l’aéroport de Clark (Pampanga au nord de Manille)) pour les vols low-cost. Fréquence en progression constante, 32 millions de passagers en 2012.

– Aéroport de CEBU ( aéroport international de Mactan-Cebu  ou MCIAA ) sur l’ile de Mactan à 10km du centre Cebu, trafic en augmentation avec 9 millions de passagers espérés. Excellent pour atteindre la région centrale et rayonner dans les Visayas. Mais prévoir souvent 2 escales.

– Aéroport international  Francisco Bangoy qui dessert DAVAO sur MINDANAO, région sud de l’archipel.

Recherche de vol:  SKYSCANNER a ma préférence pour la recherche de vol, il est assez pratique.

Quand acquérir son billet ? Là, les avis sont partagés: certains préfèrent les prendre de bonne heure – 6mois avant – d’autres au dernier moment. Perso, je prends les billets dans le mois précédent le départ. En fait la bonne réponse est : prendre le billet …au bon moment…quand le prix du billet est très attractif.

Comment acheter son billet ? Après avoir privilégié pendant plusieurs années l’achat de billets auprès de divers tour opérateurs du net  sans problème, maintenant je m’adresse directement aux compagnies. Trop de soucis rencontrés auprès des marchands Go, Oppodo, Travelgenio etc, depuis mi-2013 : tarif final lors du règlement très largement supérieur au tarif initial proposé, sans raison valable . Seul Bravofly basé en Suisse  a paru fiable.

En pratique, faire quelques recherches sur un moteur, faire quelques simulations de billets et choisir la meilleure solution.

Il existe un décalage horaire de 6h  ou 7h suivant nos heures d’été ou hiver.

Pour un premier voyage, prévoir une arrivée pas trop tardive peut être confortable sachant que la nuit tombe vers 18h.

 

VOLS INTERIEURS aux Philippines.

Les vols domestiques sont effectués essentiellement par des compagnies philippines, certaines à bas coût; de nombreuses destinations intérieures sont desservies, l’avion demeure un moyen aisé pour se déplacer d’une île à l’autre, parfois à petit prix. Pour les horaires, consultez sur les sites respectifs. Nombreuses destinations, durée moyenne des vols: 1h à 1h 30.

1) Philippines Airlines en premier lieu, la Cie nationale. Fondée en 1941, elle est entre les mains  de la richissime famille TAN; elle possède surtout des Airbus et Boeings

2)  Airphil Express et PAL Expres, ses filiales low cost.

3) Cebu Pacific, cie à bas coût efficace. Flotte: Airbus et ATR

4) SEAIR qui dessert surtout Boracay island. Flotte : Dornier et LET 410

5) Zestair, partenaire de Air Asia qui détient 49% du capital; elle connait en 2013 une suspension passagère de licence pour manquements répétés aux règlements.

6) Tiger Air, cie à bas coût non philippine basée sur Singapour, flotte composée de Airbus.

et encore quelques petites cies: Mid Sea express, ITI qui dessert El Nido.. etc.

embarquement vol Zestair sur le tarmac de Kalibo en 2010

embarquement vol Zestair sur le tarmac de Kalibo en 2010

la Cebu Pacific

la Cebu Pacific, Manille.

 

vol au départ de Manille

vol Airphil express au départ de Manille

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cies aériennes philippines n’ont pas bonne presse auprès de l’occident mais on peut constater la qualité de leurs appareils, plutôt bien entretenus; de nombreux pilotes en outre sont européens. Par contre, méfiez-vous, il y a souvent du retard sur les vols intérieurs. Comme l’ avion peut décoller avant l’heure si tous les passagers ont embarqué. Beaucoup de fantaisie dans ce pays, cela fait son charme.

Les horaires et les billets peuvent être pris sur les websites des compagnies autant que l’ on puisse les appréhender…

EN 2013, Phlippines Airlines a été enfin admis à voler vers l’Europe

 

VISA et autres formalités

Depuis peu,  le voyageur pour les Philippines se voit attribuer un visa gratuit de 30 jrs – 21 jrs précédemment – tampon apposé le jour de l’arrivée sur le passeport; nécessité de présenter un passeport valable 6 mois après la date de retour et un billet de retour ou de continuation.

Pour un séjour au delà des 30 jrs, il faut un visa préalable de 59 jrs payant – 30€ –  que l’on peut demander en France avant le départ à l’Ambassade des Philippines à Paris ou auprès des consulats honoraires de Lyon, Bordeaux, Marseille, Nice,Toulouse, Monaco; assez facilement. Il semblerait que le consulat de Marseille et Nice ne seraient plus en fonction, à voir. Renseignement auprès de l’ambassade des Philippines à Paris : ambaphilparis@wanadoo.fr. Possibilité d’imprimer la demande de visa sur le net.

A Bordeaux: on prend RV, on dépose le dossier complet, on paye en cash et on reçoit les papiers en retour par la poste; un justificatif de moyen financier est aussi demandé. Facile. Adresse : 31, rue TASTET, BORDEAUX , peu de signe distinctif sur le batiment

Prévoir un permis de conduire international si vous voulez louer une voiture ou une moto

Vaccination: pas de vaccin particulier pour l’archipel sinon il est conseillé d’être à jour dans ses vaccinations

pas de traitement antipaludéen sauf si vous vous rendez vers le sud Palawan ce qui demeure assez rare; en cas de présence de moustiques, se couvrir, utiliser un produit anti-moustique, une mousticaire car la dingue existe par contre.

Zone à éviter: pour insecurité, le sud-ouest de MINDANAO, cad la presqu’ile de Zamboanga, Basilan, les archipels de Sulu et Tawi-Tawi…. mais il y a tellement d’autres lieux à visiter et c’est loin de tout en plus.

 

ARGENT

Le peso philippin PHP est la monnaie du pays, divisé en 100 centavos; le peso est appelé  » piso » en filipino. A ce jour, 16/09/2014, 100p= 1,75€ et 1euro= 57,14php et 1dollard us= 44,15php. En 2010, 1€ = 62,7php

DAB, distributeur automatique de billets: en dehors des grandes villes et des hauts lieux touristiques, le réseau est mince ou inexistant dans les lieux retirés; ainsi pas de DAB à Port Barton, ni à Siquijor town, ni à Romblon town lors de notre dernier passage. Il faut donc être prévoyant dans les lieux reculés et penser à faire une réserve, d’autant que les DAB tombent souvent en panne ou manquent de billets, hé oui. Pour pallier  ce problème, on peut éventuellement voyager avec une réserve en euros que l’on peut changer à la banque ou auprès d’un money changer.

Les DAB ( ATM en anglais )) qui acceptent les cartes occidentales sont affiliés aux banques philippines BDO, BPI, Metro Bank; donc vous ne pourrez pas retirer de la monnaie auprès de tous les DAB en dehors des précédentes. Sauf exception, chaque retrait connait une facturation bancaire de 200php et est limité à 10 000 php soit 175€.  La HSBC dans les grandes villes est plus généreuse.

En dehors des grands hotels et resorts, des grands magasins et malls, des grandes villes, l’utilisation de la carte bancaire reste peu répandu, hé oui, bien que cela s’ améliore tous les ans. Donc, il vous faudra prévoir une petite réserve de pesos, surtout des petites coupures ; sur 1000 php soit 17-18 euros, le philippin aura du mal à vous rendre la monnaie – no change  vous dira-t-il – les petites coupures, 10,20,50,100php sont bienvenues . Dans la vie de tous les jours, le paiement en cash est l’habitude.

Les Travellers checks sont assez peu utilisés aux Phlippines.

Stratégie pour réussir votre séjour : munissez vous de 2 cartes de crédit ( si l’une est bloquée, l’autre risque de fonctionner, cela nous est arrivé ) et d’une réserve en euros ou autre devise pour les non-européens ( 400-600€, pas trop élevé ça serait bête de se faire piquer un gros magot ) pour faire le change dans les coins perdus. Avant votre départ, prévenez votre banquier de votre destination afin d’éviter qu’il bloque votre compte en soupçonnant des maneuvres frauduleuses. Dans votre hébergement, utilisez le coffre du resort. Ne montrez pas votre argent , inutile de tenter des gens souvent très pauvres , surtout les grosse coupures: séparez les grosses coupures des petites coupures ; vous placerez ces dernières dans un petit porte-monnaie pour les dépenses de tous les jours. Certains occidentaux, propriétaires d’affaires sur place, proposent parfois un dépannage en cas de difficultés, se renseigner.

A l’arrivée à l’aéroport de Manille, changez un peu de monnaie auprès des nombreux bureaux de change, le change est moyen mais cela permettra de payer le taxi jusqu’au centre ville et là tirez des pesos à la banque au meilleur taux. Evitez les money changers de rue, vers Mabini street et Adriatico, assez filous en général. Voilà quelques conseils pour bien débuter le séjour.

votre argent est bien gardé

votre argent est bien gardé, Allied Bank honore votre crédit card.

 

PREMIER CONTACT AVEC LE PAYS

 

A l’ approche de Manille, dans l’avion, un document à remplir vous sera distribué, il sera à remettre aux autorités.

Le premier contact n’est pas toujours facile d’où l’intérêt d’ arriver avec le jour, on y voit plus clair, ça peut aider.

L’ aéroport NAIA1 est un peu vieillot et l’organisation un peu pagaille: pour passer les différents postes, police des frontières, douane et bagages, il faut compter une heure; si on ne possède que des bagages-cabine, cela peut être plus rapide. En dehors des voyageurs et du personnel, la population n’est pas admise dans l’enceinte de l’aéroport. Juste avant de quitter les lieux, vous croiserez des bureaux de change où vous pourrez trouver des pesos pour les premières dépenses. Vous serez surpris par la présence de nombreux policiers, bien armés: ils sont là pour faire régner l’ordre et éviter la pagaille, si possible. Avec parfois un aspect bon enfant. Cela fait drole au début mais on s’habitue vite.

Taxis . Il existe deux sortes de taxis: les taxis prépayes ou « coupon taxis » au tarif préétabli en fonction de la course, par ex 520php pour MAKATI , vous les trouverez juste en face de la sortie; et les taxis payés au compteur , »metered taxis » meilleur  marché pour les petits budgets, pour cela tourner à droite et marcher un peu, ce sont des taxis jaunes en principe.

les choses s'organisent

avec les années, l’organisation s’améliore: à NAIA, on trouve maintenant ce panneau avec les tarifs des taxis dont 70php de prise en charge

La circulation à Manille est très dense en général et les déplacements peuvent être longs: si le taxi emprunte la skyway, le chauffeur vous demandera 20php pour le péage, ce sera normal.

Si vous devez enchainer aussitôt par un vol intérieur, il existe une navette payante ( bus avec départ tous les 15 mns environ) entre les différents terminaux, les terminaux restent assez éloignés les uns des autres; donc prévoir 3 heures pour éviter tout souci, le temps de quitter l’international, de joindre le nouveau terminal et de préparer l’ embarquement sur vol intérieur.

Les Terminaux: le Terminal 1 reçoit les vols internationaux, le Terminal 2 assez ancien reçoit les vols intérieurs  et internationaux de  Philippines Airlines, le Terminal 3 récent  reçoit les autres compagnies  ( vols intérieurs toujours ) Cebu Pacific etc . Le Terminal 4  ou Domestic recevrait Zest Air et Tiger Air.  Bon, ça bouge beaucoup sur l’aéroport, il se dit que des grosses compagnies internationales passeraient du vétuste NAIA1 au récent NAIA3, comme KLM, EMIRATES, CATHAY PACIFIC etc. Faites préciser votre terminal à l’ arrivée comme au départ, ça peut aider.

Manille centre ville ou vol intérieur, vous voilà prêts à découvrir le pays . J’oubliais, encore une chose à savoir, la dernière devise des îles: « it’s more fun in the Philippines ».

Terminal 3, tout neuf et loin d' être à plein régime

Terminal 3, tout neuf et loin d’ être à plein régime

 

COMMENT PREPARER SON VOYAGE ?

 

– se munir et potasser un guide, le LONELY PLANET a ma préférence, il existe aussi le PETIT FUTE. Le PHILIPPINES TRAVEL GUIDE de Jens Peters en anglais est, parait-il, très complet, consultable sur le net.

–  faire des recherches dans les forums de voyage, voyageforum.com/forum/philippines/ est pratique ou encore le forum du guide du routard etc

– trainer sur googlemap pour cerner l’archipel à défaut de carte

– faire l’achat d’une carte des Philippines en Europe ou encore à l’arrivée ( plus facile à trouver sur place )

– trainer sur les blogs de voyageurs français et même philippins avec photos si possible pour se faire une idée. Allez, un blog philippin : lakas.com.ph avec de nombreuses infos pratiques.

Voilà pour commencer ses préparatifs.

Lonely Planet chéri

 

HISTOIRE vite fait.

 

En 1521, MAGELLAN découvre l’archipel et le revendique au nom de la couronne espagnole avant d’être tué sur l’ île de Mactan la même année,  les iles seront nommées philippines en honneur de l’infant espagnol, le futur Philippe II d’Espagne.

LEGASPI, sur mandat royal, débarque depuis le Mexique à CEBU en 1565 , et lance la colonisation  progréssive de la région , Cebu est alors capitale des Indes Orientales Espagnoles.  Legaspi  propose une expédition pour la prise de la ville de Manille, alors musulmane et réputée pour sa richesse; le siège de la ville débute en 1571 sous la direction de son petit-fils SALCEDO, entre autres, qui occupe et pacifie la région .  Legaspi meurt en 1572

Il s’en suit une longue occupation espagnole: évangélisation de la population, occidentalisation des coutumes, apprentissage du castillan…

En 1898, les Philippines arrivent à se débarasser du joug espagnol après de nombreux combats et l’exécution de J.  RIZAL La première république des Philippines est proclamée.

Les américains décident d’occuper le pays, une longue période de guerillas en découlera, nommée guerre philippino- américaine 1899-1902. Dans les années qui suivent, l’administration américaine s’emploie à développer l’enseignement, l’infrastructure routière , économique et politique en vue d’une prochaine indépendance.

Elle interviendra en 1946 après la guerre et l’occupation japonaise dont Manille fera les frais.

De 1965 – 1986, le pays connait le régime Marcos, véritable dictature sur fond de corruption et détournement de biens.

En 2010, Benigno Aquino  dit  » Nonoy » est élu président, succédant à Macapagal-Arroyo et une longue période de corruption; son slogan:  » Sans corruption, moins de pauvreté ».

Auparavant, l’archipel a connu une occupation ancienne comme le montrent des indices préhistoriques ( 45000 avant J.C.). Il connut aussi au fil des siècles des peuplements variés venant de Chine,  de Malaysie etc créant des petites communautés nombreuses et isolées de type cueilleurs-chasseurs-pécheurs puis cultivateurs, éléveurs ,artistes…..

Objet en or du 10-13 siècle prouvant la dextérite des populations

Objet en or du 10-13 siècle prouvant le savoir-faire des peuplades autochtones de Surigao sur Mindanao.

 

 Un  peu de GEOGRAPHIE.

 

En complément de ce qui a déja été dit, l’archipel forme un arc insulaire, à relief volcanique, les volcans sont nombreux et parfois actifs: le Pinatubo, le Taal, le mont MAYON  et le joli Hibok-Hibok de Camiguin etc. Il existe aussi une activité sismique importante.

Les îles sont généralement montagneuses, découpées par des vallées creusées par des rivières puissantes; les sommets sont souvent élevés; jugez par vous même: le mont Pulag, sommet de Luçon avec 2922m, le mont Apo culmine à 2954m, le mont Kanlaon (2465m) domine les grandes plaines sucrières de Negros et le Guiting-Guiting à Sibuyan…Ces montagnes sont couvertes de forêt tropicale et de jungle impénétrable.

Les côtes présentent des plages variées au sable blanc, rose, gris, noir ( sur la côte de Zambales ) ou des falaises calcaires, baignées par des eaux bleus, vertes ou turquoises et abritées parfois par des récifs coraliens, à l’ombre de grandes cocoteraies. Rizières omni présentes. A noter, une faune et flore particulièrement belles.

Les cultures principales sont le riz, la noix de coco pour le coprah, la canne à sucre, la banane, la mangue etc. Le sous sol est riche en ressource minière ( cuivre, or….) et pauvre en pétrole. Le secteur touristique est en progression mais bien loin derrière la Thailande et les autres pays voisins.

 

La LANGUE

Sujet souvent abordée. Contrairement à ce que l’on  pense, l’Espagnol n’est pas la langue courante. Les deux langues officielles sont le Filipino et l’ Anglais

L’archipel comportait et comporte encore de nombreux dialectes ( Ilocano d’Ilocos, Cebuano dans la région de Cebu , Bicolano…) de ce fait d’une île à l’autre, il est difficile de se comprendre

Naissance du FILIPINO ou Pilipino: il a paru évident de fédérer la population autour d’une langue commune et officielle, d’où la création du filipino, inspiré du Tagalog, dialecte le plus répandu et quelques dialectes moins utilisés; le filipino contient aussi du vocabulaire empruntée de l’espagnol , du malais ou de l’arabe, parfois détournée du sens initial. Cette langue devient officielle en 1973. Bien que l’enseignement soit obligatoire, vous rencontrerez des locaux parlant ni le filipino, ni l’anglais, seulement leur dialecte, surtout en campagne.

L’alphabet est sensiblement proche du notre et la prononciation assez facile avec quelques accents locaux comme chez nous; sur Camiguin isl, on tend à rouler les R, c’est très drole. Les horaires sont souvent donnés en espagnol.

L’ ANGLAIS est la 2eme langue officielle, très utilisée dans les grandes villes, les stations touristiques, l’hôtelerie…le vocabulaire, l’accent sont plutôt américains suite à l’occupation US récente. Pour exemple, il vaut mieux dire store que shop peu compris, et pour les aisances, demandez le « confort room ».

confort room

confort room filipin: pipi 2php etc

En pratique, la population utilise un mélange des genres, un peu anglais, un peu tagalog, nommé Taglish.

L’Espagnol est en régression  mais perdure auprès de la bonne société hispanisante et des intellectuels. L’ espagnol reste coutumier pour les noms de ville, de rue, de lieux  et les noms de Famille et prénoms, ainsi que le vocabulaire emprunté.

Un exemple : comment va? en filipino se dit « kumusta », tiré de l’espagnol « como esta »; c’est tout simple.

autre exemple, le f n’existe pas en dialecte et se dit p, ainsi  coffee devient kopé: si vous n’arrivez pas à vous faire comprendre en demandant le  » turism office », tentez le « turism oppice »  ( cela m’est arrivé ).

 

POPULATION

Le pays compte environ 100 millions d’habitants, en croissance constante avec une natalité importante, les familles nombreuses sont la norme. La puissante Eglise Catholique Philippine a une influence importante sur le comportement familial et est très réticente envers un quelconque programme de planning familial; celui-ci demeure balbutiant. La moyenne de la population est très jeune.

83% de la population est catholique, 5% est musulmane, le reste se partage entre autres chrétiens, animistes etc

Le grand Manille ou encore Metro Manila compte plusieurs villes soit presque 12 millions d’habitants dont une bonne partie dans les bidonvilles.

40% de la population est estimée sous le seuil de pauvreté , cette population pauvre se doit d’aller chercher les 2-3 euros quotidiens qui permettront la survie de la famille. La pauvreté demeure un problème crucial auquel le voyageur peut être confronté.

Après ces quelques chiffres, on peut se poser la question de l’ origine de la population. La population est essentiellement d’origine malaise et indonésienne par vagues d’arrivée successives ( la dernière vague bousculant la vague précédente ) et marquée par la population chinoise, peuple marin par excellence. De ce fait, l’archipel connait une multitude d’ ethnies et il est bon de se familiariser avec leurs noms: les Négrito, les Mangyan, les Ifugao, les Kalinga, les Palawan  etc;  vous pouvez être amenés à en croiser.  En effet, près de 12 millions de personnes relèveraient de peuplades indigènes.

Les Negrito ou Aeta ou Ati sont considérés comme la population autochtone des Philippines, ses membres ont la peau sombre voire très sombre, une petite taille ( on dirait des pygmées ), le cheveu crépu , le nez épaté ou parfois fin et vivent dans un extrème dénuement. Il ne semble pas exister de lien étroit entre les Négritos et les Aficains ou les aborigènes de Nouvelle Guinée ou Australie. On les croise aisément surtout sur la côte de Zambales, autour du Pinatubo. Sur l’ île de Panay, on retrouve l’appellation Ati dans Ati-Atihan la grande fête de Kalibo.

village mangyan réhabilité vers Talipanan, Puerto Galera

village mangyan réhabilité vers Talipanan, Puerto Galera

 

Le mot Mangyan est attribué aux peuplades indigènes de Mindoro, arrivés là il y a 800 ans. On compte huit groupes ethniques principaux. Ils vivent d’une agriculture sur brulis, récoltent la patate douce, le taro, la banane, le riz etc. Ils  sont aussi chasseurs et attrapent de petits animaux: cochon sauvage, oiseaux. Ils sont très adroits pour élaborer des articles de vannerie en nito qu’ils vendent aux gens des plaines ou aux touristes. On peut les croiser habillés de leur pagne, leur tenue traditionnelle, parfois une pipe à la bouche. Le groupe  autour de P Galera est nommé Iraya-Mangyan. Les autorités ont entrepris une politique de réhabilitation de villages mangyans aux alentours de Puerto Galera afin de regrouper les populations et de sauvegarder leurs coutumes. Ces villages peuvent être visités. 200 familles iraya-mangyan vivent au village de Talipanan au pied du Mont Malasimbo. Leurs produits artisanaux sont de toute beauté.

Quoique de nature aimable et tolérante, et bons chrétiens, les philippins – il faut bien le constater – ne sont pas tendres  généralement avec leurs autochtones. Il en est de même de l’ Etat qui ne donne pas l’exemple.

Sinon, la population philippine , souriante et chaleureuse, a l’accueil facile en général. Quelques adjectifs pour les qualifier: faciles au contact, aimables, curieux, joyeux, tolérants, débrouillards, bricoleurs,  mais aussi fiers, fantasques, désinvoltes, superstitieux, sanguins, insouciants, peu ponctuels… tout cela fait qu’on les nomme  »  les latins de l’Asie ». Vous ferez des rencontres fabuleuses.

Siquijor, nous croisons ces enfants jouants sur la route, je propose de les photographier, en 2 secondes ils prennent la pose. J'adore.

Siquijor, nous croisons ces enfants jouants sur la route, je propose de les photographier, en 2 secondes ils prennent la pose. J’adore.

Le philippin est aussi très fataliste ; une fois le choc encaissé, il fait face aux coups du sort avec sourire et sans abattement, cette caractéristique est appelée  » bahala na ». Dieu l’ a voulu mais la vie continue en sorte. Le philippin est aussi enclin à l’alcoolisme, au tabagisme, l’alcool et le tabac étant très bon marché; il a aussi le sang chaud et certaines querelles se règlent au revolver, les crimes passionnels sont fréquents et les périodes électorales font aussi de nombreuses victimes; en cas d’altercation, il vaut mieux ne pas s’ interposer.

L’ image suivante est représentative de la vie du pays: des Visayans attendent à l’ombre sur la plage en fin d’après-midi un éventuel bateau qui les ramènera sur leur île, ils ont fait les courses, les parents se reposent ou s’endorment, les enfants jouent et pleurent rarement; dans un moment un boatman va venir leur annoncer le départ. Voyager aux Philippines, c’ est l’apprentissage de la patience , le temps ne compte pas.

Attente sur une plage des Visayas.

Attente sur une plage des Visayas.

A savoir un grand nombre de Philippins travaillent à l’étranger, dans le batiment aux Emirats, marins sur les cargos ou bateaux de croisière, domestique ou nourrice en Europe; les infirmiers (es) sont recherchés aux EU et Canada.

N’ hésitez pas à aller à la rencontre des Philippins, ils sont étonnants.

 

DESTINATIONS . LES INCONTOURNABLES ?

Encore un sujet souvent abordé, quels sont les incontournables ?  A noter, on fait  de belles découvertes en contournant les incontournables.

II apparait en parcourant les discussions de forum  que les trois destinations les plus prisées par les voyageurs sont les rizières en terrasses,  Palawan et l’ile de Boracay.

Les rizières en terrasses des cordillères de Luçon et pour cause,  puisque inscrites au Patrimoine mondial de L’UNESCO, dites aussi « la huitième merveille du monde ». Les rice terraces sont l’oeuvre du peuple ifugao depuis 2000 ans. Peu facile d’accès car beaucoup d’ heures de route, la Cordillère se mérite.

Palawan au sud-ouest pour la baie de BACUIT et ses nombreuses îles comparable à la baie d’ Halong, pour les Iles CALAMIANS ( Busuanga, Coron, Culion ) et leur spot de plongée sur les épaves japonaises.

L’île de Boracay pour sa plage de 4km, ses eaux cristallines et ses activités festives: la plus grande concentration de restaurants, bars, hotels, boites etc etc de l’archipel.

Après ces 3 destinations , on pourrait ajouter l’île de Bohol, et les environs de Dumaguete.

BOHOL, au large de CEBU avec les chocolates hills, la Loboc river, les Sagbayan peaks, les tarsiers de Corella et la touristique ile de Panglao et sa plage d’Alona, au large les îles de Pamilacan et de Cabilao

moins visités que les chocolates hills, les Sagbayan Peaks sur Bohol

moins visités que les chocolates hills, les Sagbayan Peaks sur Bohol

DUMAGUETE et ses environs, la ville est très agréable à vivre; dans les environs, la montagne avec Valencia, le mont Talinis , les Casaroro falls , la mer , les plages, le snorkeling avec Dauin , Apo island…joignable aisément Siquijor, l’île des guérisseurs etc

On peut aussi choisir les destinations en fonction de ses centres d’ intérêt.

Pour les passionnés de volcanisme: le Pinatubo, le Taal au sud de Manille, le Mayon volcano sur Bicol au cône parfait, très souvent actif, le Bulusan volcano, actif aussi sur la province de Sorsogon, la jolie île de Camiguin et ses nombreux volcans etc

Pour les passionnés de montagne: la Cordillère, le mont Baco sur Mindoro, le mont Nangtud sur Panay, le GuitingGuiting province de Romblon,  le mont Kanlaon sur Negros, Mindanao pour ses montagnes, ses rivières et chutes d’eau etc.

Pour les vagues:  San Fernando, Baler pour la vague de Cemento, Puraran sur Catanduanes pour la vague Majestic, Siargao pour la vague Cloud Nine etc

Pour la plongée:  Anilao près de Batangas, Apo reef au large de Pandan Island  , Balicasag au large de Panglao, Malapuesca island, Apo island etc le choix ne manque pas.

Si vous préférez la plage, la mer, le snorkeling, avec 7000 îles, vous aurez l’embarras du choix.

Si vous êtes attirés par les peuples autochtones: la côte de Zambales pour voir les Aetas, la Cordillère Nord Luçon pour les Ifugao, Igorot et autres Kalinga, l’île de Palawan pour rencontrer les Palawan, Mindanao etc

Pour les amateurs de vieilles pierres et d’ histoire: Manille Intra Muros, VIGAN, la vieille ville espagnole de ROMBLON, le vieux CEBU, les maisons ancestrales de SILAY, les vieilles églises espagnoles en général…

P1000868

église de Paoay, en travaux, dommage.

demeure ancestrale à Silay,

demeure ancestrale à Silay,

 

 

Sinon, allez encore d’îles en îles le nez au vent, en sortant des sentiers battus, c’ est bien aussi.

Sortir des chemins battus , un petit exemple: les Iles BATANES tout au nord, la Bretagne des Philippines; PAGUDPUD plage face à l’océan furieux; KABAYAN et son voisin le Mt PULAG; les rizières de KIANGAN; BALER et ses vagues , province d’Aurora; les ONE HUNDRED ISLANDS quelque peu délaissées; l’ île POTIPOT pour nous seuls; ZAMBALES COAST promenade sur les îles de CAPONES, ANAWANGIN et NAGSASA COVES; les cascades d’ANTIPOLO; les îles BIRI vers nord SAMAR et DALUPIRI pas loin de là; MARIPIPI island où vous ne croiserez pas grand monde; SIBUYAN, l’ île perdue; les grottes de TABON sur sud PALAWAN. Quelques idées sont empruntées à SEB grand voyageur.

 

TOURISME

Quelques chiffres – le tourisme est encore balbutiant- l’ archipel a accueilli en 2013  4,6 millions de visiteurs contre 26 millions pour la Thailande, idem pour la Malaysie. En progression constante, mais loin derrière d’autres pays d’Asie. En fevrier 2015, le pays reçut la visite de 456.524 voyageurs en progrès de 8% par rapport à Fevrier 2014.

Mais qui sont ces visiteurs? Les Coréens largement devant les USA, puis le Japon, la Chine, l’Australie, Singapour, le Canada, Taiwan, la Malaysie voisine et en 10 eme position et premier pays européen, l’ Angleterre. Un peu plus de 50.000 touristes européens sont entrés aux Philippines  en ce mois de fevrier dont un peu plus de 10000 français en progression de 20%, devant les Suisses et les Néerlandais.

 

CONDUITE à TENIR

Quelques conseils sur la conduite à tenir au cours d’un séjour.

Le temps des conquistadors étant dépassé, il semble logique de ne pas débarquer en pays conquis et d’être respectueux des  usages locaux et des bons usages en général. Ainsi, l’administration locale est assez pointilleuse sur une bonne présentation: il est recommandé de s’ avancer en tenue présentable si vous avez à vous rendre au bureau de l’immigration pour prolonger un visa, c’est à dire propre, rasé, plutôt en pantalon que en bermuda ( bien que tout le monde soit en short ou bermuda dans la rue ) c’est comme ça.

Les philippins sont parfois choqués de l’attitude des étrangers, ils sont assez fiers de nature et fiers de leur pays, il est inutile de les vexer ou de les choquer.

Si vous voyagez en toute simplicité, au plus près de la population, munissez vous de l’ équipement le plus basique: il est recommandé de laisser à la maison les bijoux surtout en or,  idem pour les  belles montres, pas de téléphone ou appareil photo haut de gamme si possible, de même pour l’ ordi portable, évitez de vous chargez de grosses sommes d’argent, habillez vous simplement. Il est inutile d’attirer l’ attention et la convoitise d’une population souvent démunie, voire très démunie. Ici, à moins d’aller de palace en palace, on ne fait pas de concours de beauté et de richesse.

En janvier 2014, nous avons croisé des français qui ont connu des soucis: l’un a perdu son collier en or, volé à l’arraché; l’ autre s’est fait dépouillé de toutes ses espèces qu’ il avait conservé sur lui par négligence. C’ était à Manille, il faut rester sur ses gardes dans les grandes villes.

Il n’ est pas nécessaire de donner le prix de votre vol à un philippin, cela représente 6-7 fois le salaire mensuel moyen et beaucoup plus par rapport au salaire ouvrier. On vous prendra vite pour un millonnaire. Ne pas perdre de vue que 40% de la population est sous le seuil de pauvreté.

Personnellement, nous optons pour des vètements simples type bermuda, T shirts, bijoux de paccotille, appareil photo qui tient dans la poche, parfois jumelles, petit netbook discret, téléphone bas de gamme etc . Sur place, il est assez facile de se vétir à petit prix. Un conseil: le style tenu de camouflage ou paramilitaire est à éviter, pas très bien perçu par les autorités…

 

TRANPORTS LOCAUX.

 

En dehors des transports aériens, les autres moyens sont très variés et en relation avec les nombreuses iles et l’état des communications, routes en mauvais état ou pas de route, pistes et simples chemins.

Dans les grandes villes , on trouvera des Taxis, et sur les grands axes des taxis collectifs sous forme de mini vans souvent surchargés. Comme dans beaucoup de pays, les chauffeurs sont peu sympathiques et assez roublards. En dehors des grandes villes, le taxi individuel se fait rare, remplacé par d’autrs modes de transport.

On y trouvera aussi des Bus, en ville comme sur les grands axes; sur les petites îles, le bus existe peu. Il existe de grandes compagnies de bus,voici quelques noms : CERES, VICTORY LINER, JAM TRANSIT, JAC LINER etc aux véhicules en bon état et souvent climatisés. Pour rechercher ou réserver un trajet, tentez www.phbus.com online booking. Sinon, certaines cies proposent leurs propres sites. Les bus démarrent quand ils sont presque pleins. En campagne, il existe des bus particuliers, un peu fatigués, très bon marché, on les nomme de leurs couleurs: bus jaune, bus vert etc

 

bus mindoro

bus sur Mindoro, le plancher était percé.

bus Ceres sur Panay

bus Ceres sur Panay

 

A Manille, on est frappé par tous les jeepneys circulants. Le Jeepney, une espèce de jeep rallongée et colorée, est emblématique des Philippines; c’ est le moyen de transport populaire par excellence – 7php only pour un petit trajet – mais aussi bruyant, polluant, inconfortable mais tellement sympa. Le Jeepney est incontournable sur les iles aux routes non-carrossables qu’ il peut parcourir sans souci … quand il ne tombe pas en panne ou qu’il ne connait pas la crevaison de ses pneus usés jusqu’à la toile.

 jeepney pour Puraran sur Catanduanes

jeepney pour Puraran sur Catanduanes

jeepney sur Tablas island

jeepney sur Tablas island avec pneus de rechange

 

Le Tricycle, moto avec cabine de fabrication locale, est aussi typique du pays: mode de transport populaire, bruyant, coloré, poussif, possibilité de transport en commun, bon marché quand le driver n’essaye pas de rouler le touriste; on le trouve un peu partout en ville et campagne, sur les petites îles. Le carénage varie d’ une région à l’autre. Très drole pour les petits déplacements. Le tricycle est maintenant interdit sur Makati, le quartier chic de Manille.

 

ph 60 (49)

tricycle sur Zambales

 

Dans Manille et d’ autre région, outre le bus, jeepney et tricycle, on peut emprunter le multicab. Bus de petite taille,il dessert des lignes régulières.

 

P1000371

Quand les pistes sont très mauvaises, caillouteuses ou étroites, on fera appel à la moto ou encore aux habal habal, motos rallongées pouvant transporter une famille entière et les marchandises. Tarif peu précis, à négocier avec le driver.

Dans les lieux assez plats, on pourra emprunter le pedicab, vélo avec cabine, très sympa, non bruyant, bon marché pour les petites courses; le carénage varie d’une région à l’autre.

pédicab sur Samar

pédicab sur Samar, passager et son sac de riz.

 

Pour les voies maritimes, on pourra emprunter le ferry, assez lent, très répandu sur les grandes liaisons, possibilité d’embarquement de voitures. Trajet régulier. Parfois de nuit. Quelques grandes compagnies: Montenegro shipping lines, SuperFerry, Super Shutle Ferry, Palacio Lines Inc … Tentez de trouver les horaires et destinations sur les sites suivants: travel.2go.com.ph/schedule ou encore schedule.ph…Certaines cies possèdent leur propre site.

ferry en mer vers Bantayan

ferry en mer vers Bantayan: 196 trips/week annoncés

Le pays est parcouru par le réseau Nautical Highway, une grande voie maritime et routière qui relie les grands centres de l’archipel. Ainsi, on peut joindre Mindanao depuis Luzon en bus et ferry par l’est ou l’ouest. Voir marina.gov.ph pour visualiser. Les déplacements restent très longs, malgré tout.

ferry, embarquement de nuit depuis Mindoro

ferry, embarquement de nuit depuis Mindoro

 

ou encore emprunter pour les traversées moyennes la bangka ou  pumpboat, bateau en bois (contreplaqué et bambou ) à balancier et flotteurs en bambou, typiquement philippin, populaire, bruyant, bon marché, horaires fantaisistes. Il est possible de négocier une bangka à titre privé. Elles revêtent toutes les tailles.

embarquement sur ce petit rafiot pour une traversée d'une heure

embarquement sur ce petit rafiot pour une traversée d’une heure par mauvais temps

Si l’état de la bangka ne vous fait pas confiance, si la bangka semble surchargée, si l’ état de la mer est vraiment mauvais…ne partez pas.

pumpboat reliant Caticlan à Looc sur Tablas.

pumpboat reliant Caticlan à Looc sur Tablas.

 

Il existe des liaisons dites rapides inter-îles avec des fastcrats ; plus rapide mais plus cher, ils comportent la télé et la clim. Ils relient Cebu à Bohol, Dumaguete à Siquijor, Iloilo à Bacolod comme exemple. voici quelques compagnies: OCEANJET, WEESAM, SUPERCAT. Voir leurs websites pour les horaires.

Pour finir, dans les villes de Vigan, Intramuros, Cebu, vous pouvez faire un tour de kalesa.

Kalesa in Manila vers Chinatown

Kalesa in Manila vers Chinatown

 

Pour la location, on trouve dans les grandes villes les organismes de location automobile habituelle, quelques locaux aussi. Dans les îles, on peut louer des motos, des vélos. En principe, tout se loue aux Philippines: jeepneys, bangkas, tricycles, kayaks de mer…

 

HEBERGEMENTS.

Aux Philippines, on trouve des hébergements pour toutes les bourses. Dans les grandes villes et les hauts lieux touristiques, on trouvera des hotels, internationaux, traditionnels etc

En dehors de ces endroits, on trouvera plutôt des resorts, des guesthouses… et dans les lieux reculés, on ne trouvera pas grand chose.

L’ archipel attirant les voyageurs de style routard, il existe de nombreux hébergements pour petit budget, et certains établissements affichent carrément un tarif backpacker.

On trouvera souvent des constructions style local utilisant des produits natifs comme le bois brut, le bambou, une couverture en fibres végétales – nipa, cogon grass ou autre – ou encore un mélange des genres : moitié parpaing et ciment, moitié bambou et végétal. Le nipa pour le toit est tiré d’un petit palmier de zone marécageuse et donne son nom à ce type de construction: nipa hut ou nipa house. Ces bungalows, ces constructions sont souvent proposés à la location; quoique souvent rustiques, ils nous attirent assez. Quelques images.

autre modèle Negros

autre modèle , SipalayNegros

 

nipa hut minimaliste

nipa hut minimaliste vers Luzon

 

native construction

native construction très réussie

 

Conseil: à la réception, quand on recherche une chambre – avec fan ou clim – on a tout intérêt à demander à la voir  pour éviter les mauvaises surprises: la chambre sale, literie déplorable, lavabo ou douche cassée , la porte qui ne ferme pas, la clim au bruit d’enfer.. etc se rencontrent fréquemment et en fonction on prend sa décision; on peut aussi négocier le tarif si problèmes.

Personnellement, nous privilégeons la chambre avec fan, la clim est difficile à supporter; l’idéal, la breeze room, la chambre rafraichie à la brise de mer. A savoir, la chambre avec fan devrait être meilleur marché que celle avec clim, en principe.

Autres possibilités: on peut trouver à certains endroits des nuitées sous la tente ou sous kubo; le kubo est une construction traditionnelle en bambou très simple où on peut s’assoir pour bavarder, consommer ou piqueniquer et même dormir.

kubo sur une plage de Puerto Princessa

kubos sur une plage de Puerto Princessa pour se raffraichir

Il existe aussi la possibilité de dormir en dortoir ou dormitorio, assez spartiate en général. Dormir chez l’habitant est peu répandu; parfois certains philippins proposent des locations sous le nom de  »transient ». Si on se retrouve dans un coin perdu sans hébergement pour la nuit, il faut se rendre chez le Barangay Captain, le chef du quartier qui trouvera une solution.

Donc, on trouve des hébergements pour toutes les bourses; dans la catégorie luxe, voilà des adresses à consulter pour se faire une idée:

– Miniloc Island  18500 à 26500 php la double  et Pangulasian Island  30500 à 37000 php la double en 2012 El NIDO/ PALAWAN  site: www.elnidoresorts.com

– Apulit Island du côté de Taytay dans les 389€ ( www.elnidoresort.com/elnido/apulit-island-resort) et le Lagen Island ,comptez dans les 500€ ( www.elnidoresorts.com/elnido/lagen-island-resort)

– Boracay Grand Vista Resort, comptez 140$ pour la chambre la moins chère

– Aman Resort-Amanpulo dans les îles Cuyos, le fin du fin, à voir à tout prix: www.amanresorts.com le resort le plus luxueux de l’archipel. Pour la chambre double bon marché, comptez 950$ par personne. Ainsi les philippins ont aussi un savoir faire dans le produit de luxe.

Je ne peux pas résister, je vous rajoute un dernier petit resort pour le plaisir des yeux: www.humaisland.com… du côté de Busuanga.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “BIEN PREPARER SON VOYAGE aux PHILIPPINES

  1. Bonjour,
    Je cherche à rentrer en contact avec la personne qui tient la guest house dans laquelle vous avez séjourné à Sabang. Auriez-vous ses coordonnées? J’ai lu que c’était Mary mais je ne trouve pas d’adresse email. Peut-être auriez-vous son adresse?
    Egalement, savez-vous s’il est possible de passer une nuit dans une tribu batak?
    Je vous remercie d’avance pour vos précieuses informations,
    A bientôt!
    Alice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *