PHILIPPINES 2015

Le 1 février – SABANG: 6 jours à passer ici, à 60 kms de Puerto Princesa. Sabang n’est pas un lieu très apprécié d’après mes lectures mais elle propose une belle et longue plage à l’aspect sauvage grace à un vent soutenu et grosses vagues comme sur l’atlantique mais ici nous donnons sur la mer de Chine; baignade difficile à cause d’un courant dangereux.  Nous avons adoré cette plage, nous y ferons de belles rencontres et passerons de bons moments.

plage de Sabang, 1200m de long, superbe sable

la plage de Sabang, 1200m de long, superbe sable, baignade surveillée.

De nombreux hébergements sont disponibles à tous les prix le long de la plage dont deux dans le haut de gamme, assez réussis: le complexe écologique DALUYON Resort et le SHERIDAN BEACH resort: www.daluyonbeachandmountainresort.com          et        www.sheridanbeachresort.com

Perso, nous avons opté pour des bungalows indigènes assez basiques en matériaux locaux, et après avoir tenté le Tribal une nuit, nous nous fixerons chez Mary’s en bout de plage pour 600php/nuit.

Que faire à Sabang? Paresser, visiter la mangrove, la rivière souterraine, suivre la piste du Jungle Trail, parcourir les excavités de Ugong Rock, visiter les tribus Batak…

La »Mangrove paddle-boat tour » possède une gestion communautaire: le personnel n’est pas salarié, les recettes sont partagées entre les travailleurs…pas de visiteurs, pas d’argent donc. La Communauté Européenne a soutenu ce projet, ainsi que le Canada. Votre argent est bien utilisé, voyez-vous.

Nous ferons la visite de la mangrove avec Norma Ortega dite Bing, grace à elle nous saurons  tout sur la mangrove; nous apercevrons quelques animaux: le monitor lezard, des aigrettes, quelques serpents. En final, nous aurons droit aussi à une chanson. Cette mangrove protégée est située le long d’une rivière, c’est sa caractéristique…et non le long du littoral comme souvent.

la mangrove

la mangrove avec Norma grace à une embarcation

Marcher le long du  »jungle trail » nous tente assez mais ici, pas de trek sans guide et sans payer, soit 200p/p et 40p/p de taxe. Norma décide de nous accompagner: 8kms AR dans la forêt et les roches karstiques, belle ballade parmi de beaux arbres, rencontre avec les macaques à longue queue. Norma donne des renseignements sur la faune et la flore. Elle nous racontera son histoire: elle avait perdu, un an avant, son mari à 45 ans d’une longue et pénible maladie et élevait ses 3 enfants seule avec courage. D’ailleurs, nous partagerons les restes du repas confectionné pour le premier anniversaire du déces de son homme: du cochon de lait.

rochers karstiques

rochers karstiques

rencontre avec le Monitor Lezard, belle bête.

rencontre avec le Monitor Lezard, belle bête.

une bande de macaque nous suit à distance, ici, le plus téméraire.

une bande de macaque nous suit à distance, ici, le plus téméraire.

 

Nous ne ferons pas la  »Underground River » ( 1km sous terre en bateau) bien que nous soyons à deux pas de l’entrée. Cette rivière souterraine  se jette dans la mer. Cela attire un monde fou ce qui nous rebute un peu. Elle est classée au patrimoine mondial de l’ UNESCO, il est vrai et ferait partie des 7 nouvelles merveilles du monde. Ce projet a été soutenu financièrement par la Communauté Européenne.

Nous filerons plutôt vers UGONG ROCK, à 20kms en moto de Sabang: un rocher karstique de 70m de haut, entièrement creusé de galeries qui nous mènent jusqu’au sommet. Pour cela, il faut franchir des chatières parfois en reculant, parfois à 4 pattes, parfois à l’aide de cordage, difficile pour les gens corpulents. Une fois au sommet, possibilité de revenir au sol avec un zipline. Ce rocher souvent décrié par le voyageur nous a fait passer un bon moment…en fin de compte

Le lendemain, nous tenterons le trail vers KAYASAN, à la rencontre des tribus Batak. Norma a décidé de nous servir de guide: nous aurions eu du mal à trouver  le chemin tout seuls. Le Batak ne parle ni Anglais ni Tagalog ou si peu. Norma nous  permettra d’entrer en contact, elle maitrise un peu leur dialecte. C’est aussi un peuple reservé.

pour rncontrer les tribus

pour rencontrer les tribus, 16kms AR plus les détours, remarquez les montagnes couvertes de neige

Les Batak vivent en petit groupe et sont surtout agriculteurs: ils déboisent des parcelles, y mettent le feu, sèment du riz à même le sol qui poussera avec la seule eau du ciel (imaginez la rentabilité) parcelle qui sera abandonnée l’année suivante. Ils se déplacent donc souvent. Nous avons fini par les trouver dans des huttes disposées autour d’un large espace déboisé.

Batak, à droite le chef de tribu

Batak, à droite le chef du groupe.

La première hutte – une maison commune si j’ai bien compris – était temporairement occuppée par un groupe. Nous les avons vus à l’oeuvre, assis pendant des heures à palabrer à voix basse, habillés de guenilles; ils sont petits, minces, timides, bruns de peau, nez assez fins contrairement aux philippins…peu de choses dans les huttes (avons aperçu quand même quelques portables). Ils aiment chiquer aussi, un mélange de feuille, de noix et de poudre de coquillage pilée et recrachent un jus jaunatre qui teinte leurs dents .

P1010224

jeune fille au portable

 

Dans la hutte suivante, proche d’une rivière, nous avons rencontré une famille unique, le père, la mère et les enfants, une jeune fille préparait la pitance et cela semblait maigre; l’ homme paraissait en mauvais état, ses jambes qui le faisaient souffrir étaient colorées d’un produit orangé donné par le guérisseur, des rhumatismes prétendait-il. Nous l’avons interrogé, demandé de bouger les pieds, les jambes…apparemment il ne pouvait plus tenir debout, cela faisait songer à un problème neurologique. Dommage, il n’ y avait pas de french doctor dans le coin…pas de transport et pas d’argent pour payer ni le transport ni les soins ( ici pas de couverture sociale ). Avec 7 enfants, l’avenir se présentait mal – douloureux moment –

jeune fille préparant le repas

jeune fille préparant le repas

Nous laisserons aux uns et aux autres un peu de monnaie et de gateaux, même pas d’antalgiques car nous les avions oubliés. Après une petite sieste dans une autre maison commune, nous reprendrons le chemin du retour

Les Batak recoivent aussi parfois – en période électorale par ex – la visite des autorités qui distribuent alors liquidités et  cadeaux pour les enfants; lors de notre passage une distribution de jouets à faire des bulles de savon ( magic bubbles )  avait été faite….trop forts ces politiciens, ils ne manquent pas de plans originaux.

Ce fut un bon moment malgré tout…mais il faut parcourir une vingtaine de kms pour cela si ça vous tente. Par la même occasion, nous avons découvert l’anarcadier, l’arbre qui produit la noix de cajou, une spécialité de Palawan, gros producteur. A gouter car excellent, en magasin bien sur.

Il nous faut quitter Norma – à laquelle nous nous sommes attachés – et Sabang pour attrapper le 7/02 à Puerto Princessa un vol pour Cebu city.

Prochaine destination : MASBATE via CEBU.

6 réflexions sur “PHILIPPINES 2015

  1. Bonjour,

    Je vous remercie réellement pour votre fin témoignage car nous envisageons d’aller courant juillet avec mon conjoint et mon fils de 11 ans aux Philippines et vos conseils nous serons vraiment précieux. Votre blog est très complet et très bien fait.

    Encore MERCI
    Isabelle de Bretagne

    • merci pour votre gentil commentaire que j’accepte volontiers, j’ai du mal à écrire ce dernier voyage ayant pris du retard dans la redaction et j’espère en venir à bout
      cela fait 5 ans que nous nous rendons dans ce pays et nous révons d’y revenir, nous y trouvons ce que nous recherchons, l’idée exacte du mode de vie, du voyage, du pays que nous imaginions
      je ne peux que vous encouragez à y aller

      B

  2. Bravo pour vos commentaires, très intéressants
    Nous partons mi juillet pour un mois et allons probablement osciller entre Bohol et les environs peandnt 10 jours puis les Palawan
    Stéphane de.. Rennes

    • un mois, formidable; vous allez pouvoir en profiter
      pas loin de Bohol, Siquijor c’est très sympa et accessible aisément
      Palawan extraordinaire: el Nido, Port Barton, la plage de Sabang…la baie de Honda un peu décevant
      je vous souhaite des bons moments

      Bernard

  3. J’ai enfin lu ton blog ,les rizières font revées mon dieu que cela est beau!Tu es vraiment doué tu devrais écrire un livre sur les Philippines Le titre un Périgourdin en vadrouille aux Philippines.Bises mon Bernard

    • merci pour ton commentaire et content que cela te plaise, je craignais que cela soit trop long ou pas clair. en final, cést un français en vadrouille ou un francoy aux Phils…j’ai l’intention de changer le titre car il ne retient pas l’attention des gens sur le web bises B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *