PHILIPPINES 2015

9/02/15 nous avons 3 jours à tuer avant le 11/02, moment où nous devons prendre le bateau de nuit pour MASBATE. Aussi avons nous pris la direction de CEBU sud vers Argao et Oslob. La route est belle mais gros trafic routier, dangereux et bruyant…en plus pas vraiment de belles plages et logements assez chers et sans charme à ras de la nationale. Premier stop donc à ARGAO (specialité du gateau  »torta » et du chocolat), à 69 kms de CEBU city.

Au niveau culturel sur cette partie de Cebu, on trouve la présence de nombreux pueblos fortifiés datant de la période hispanique: à Argao, on peut visiter la Cabecera, un ensemble fortifié autour de monuments religieux, puits artésien, logements militaires et tours de défense contre les Moros maraudeurs ( déjà…). Tout cela construit en pierre de corail et assez peu mis en valeur. Le passé n’est pas une priorité pour les pouvoirs publics, pas encore. Argao, nous y trouverons un office de tourisme efficace et nous y ferons une jolie visite, la preuve.

fronton de chapelle à ARGAO

fronton de chapelle funéraire à ARGAO

visite à Argao

visite du pueblo à Argao

Deuxième stop à OSLOB. Le chemin fut plus plaisant en s’éloignant de Cebu, moins de circulation et belle route ombragée par de grands arbres; nous finirons par atterrir chez un ingenieur filipin retraité du Canada qui nous louera une belle chambre avec salon et terrasse, face à la mer et loin du bruit de la route car la route ici demeure toujours proche.

 

vieille église espagnole à OSLOB

vieille église espagnole à OSLOB

OSLOB est reputé pour ses whalesharks, ses requins baleines ou Butanding en tagalog. On y vient de partout. Pour cela, il faut se rendre exactement  à TAN-AWAN situé 10kms plus loin. Ce que nous ferons sans enthousiasme après des lectures et des discussions qui nous ont refroidis.

Aussi, le 9/02 en début d’après-midi, nous nous avançons à Tan-awan en repérage: ce petit village composé essentiellement de bars restaurants et hébergements nous parait calme et vide,  nous y croisons peu de monde; et pour cause, la rencontre avec les butanding se fait le matin de 6h à 13h uniquement; en après-midi, le requin-baleine a quartier libre. En attendant, nous lisons les informations teintées de language scientifique du centre touristique , nommé encore Oslob Whale Shark Watching situé dans un batiment tout neuf. Nous y avons appris que le centre  » s’entoure de scientifiques et de vétérinaires « ou encore retenu cette phrase amusante:  » les whale sharks ont besoin de vous, si vous en croisez un, prenez une photo entre les branchies et la dorsale – face gauche – et envoyez l’image à l’adresse suivante »…afin de dresser sa carte d’identité ; nous avons adoré  encore le conseil suivant  » si vous avez mis de la crème de protection solaire, rincez-vous abondemment ». Cocasse, non ?

un peu de lecture

un peu de lecture

En effet, ici, les pêcheurs sont arrivés à sédentariser depuis 2012 des requins-baleines en leur jetant du krill, leur nourriture habituelle. Pas tres naturel.

Un petit rappel pour situer le requin-baleine au nom scientifique de RINCODON TYPUS; c’est un requin avec une allure de requin pouvant atteindre 20 m de long pour une masse de 34 T – ce qui reste toutefois exceptionnel – et en fait le plus grand poisson vivant des mers . En général, sa taille varie de de 5 – 10 m dans la majorité des observations. Massif mais placide, dénué d’agressivité, il est totalement inoffensif pour l’ homme, en effet il se nourrit de plancton, d’algues et de petits animaux marins ( crevettes, petits poissons, calmars etc ) régime alimentaire assez proche des baleines d’où son nom sans doute.

Sa tête est  large et applatie avec de petits yeux ronds et une gueule immense efficace pour filtrer les eaux en quantité; sa peau présente un dessin en damier caractéristique. On rencontre le requin-baleine dans les eaux tropicales, un peu partout : Australie, Philippines, Malaisie, Maldives, Djibouti, Mexique, Californie etc . c’est un migrateur mais on sait assez peu de chose sur sa migration, il se déplace à la vitesse de 2-5 km/h et peut parcourir ainsi plusieurs milliers de km. On sait peu de chose aussi sur la population sinon que c’est une espèce menacée donc à protéger. Le caractère placide de la bestiole, la facilité du contact sont facteurs d’enjeux touristiques importants , avec parfois un aspect productiviste déplaisant, capables de dégager à certains endroits de passage de l’espèce des revenus juteux. Justement, aux Philippines le requin-baleine est très présent.

A OSLOB, la présence des Butandings est connue de longue dâte, surtout par les pêcheurs. La conformation des lieux faisait que c’était un zone de passage proche de la côte empruntée par ces gentils géants, lesquels saccageaient malgré eux les filets des locaux, rendant la pêche difficile. En 2011, les pêcheurs eurent l’idée d’utiliser du krill,  uyap en tagalog ( petites crevettes vivant en essaim dans les couches sup des océans et alimentation des butandings ) pour les attirer et les éloigner des filets; surprise, le lendemain les grosses bêtes étaient là et en redemandaient. De ce constat naquit l’idée de fidéliser l’animal et de le montrer aux touristes. Fin 2011, des reportages télévisuels ainsi que des images sur le net créant le buzz firent le reste, tout le monde se dirigeat alors vers Tan Awan.

cette photo enthousiama les uns et choqua les autres

à l’époque, cette photo enthousiama les uns et choqua les autres

Pour en savoir plus:  dive-bohol.com/conservation/5-reasons-not-to-go-oslob/

Aujourd’hui, il se dit que 1000 visiteurs passent tous les jours au centre, c’ est à dire une formidable machine à cash . Les entrées seraient colossales et les retombées sur le barangay le seraient beaucoup moins; hé oui, même sous le soleil le partage de la richesse est difficile. Les pêcheurs sont devenus les nouveaux princes de l’endroit; les pouvoirs publics ont largement encouragé l’installation du système et ont vite augmenté les tarifs: 300php pour observer depuis le bateau, 500php pour les nageurs locaux, 1500php pour les nageurs étrangers soit 30 euros.

Pour en savoir plus, l’excellent article https://samasamadecouverte.wordpress.com/2012/08/21/642/

En trainant dans le coin, nous découvrons le bar de Tonton, un français du midi, et je n’ ai pas pu résister à un pastis de Marseille avec une bonne pizza … cuite à la poele. Tonton, il a plusieurs affaires dans le secteur et nous engageons la conversation et échangeons nos points de vue.

C’ est ici aussi que nous découvrirons la double tarification, une pour les locaux, une autre pour les étrangers, soit du simple au plus du double, en fait assez agaçant.

En final, nous reviendrons demain, laisserons-nous tenter par l’ aventure ?

Le lendemain, nous débarquons de bonne heure vers 7h30-8h et là, il y a déjà beaucoup de monde, arrivés par leur propre moyen ou par tour-opérator grace à des vans; progressivement sous nos yeux ébahis se met en place le grand  » Oslob whaleshark watching circus » : 8 personnes par bateau avec palmes, masque, gilet de sauvetage orangé pour une virée de 20 à 30 mn; sur l’eau à 75-100m du bord 22 autres bateaux attendent sans compter ceux des pêcheurs qui sont là pour attirer les gentils géants; du large, depuis Bohol arrivent d’ autres embarcations qui déposent à l’eau des plongeurs avec bouteilles par à peine 3-4m de fond. Nous comprenons rapidement que le spectacle n’est pas pour nous; nous ne pourrons pas cautionner cette mascarade  irrespectueuse de la nature . En tendant bien l’oreille au milieu du tumulte, on peut entendre le bruit du tiroir caisse et imaginer les liasses de billet qui s’empilent.

bateau pour le départ, en bleu le personnel du centre aussi nombreux que les visiteurs

banka pour le départ, en bleu le personnel du centre aussi nombreux que les visiteurs en orangé

 

Atterés, nous restons assis sur le rivage pour observer. Une fois tous les bateaux en place, le show peut commencer: les pêcheurs-amorceurs sur de petites embarcations balancent à pleine volée du krill et les mastodontes qui ne devaient pas être loin, gourmands en plus se jettent littéralement sur leur plat préféré; on les voit très bien du bord. Les visiteurs les plus hardis se jettent à l’eau dans un joli ballet de palmes non controlés, de gilets de sauvetage; les plus craintifs  font de l’ observation depuis leur embarcation et on peut  imaginer les plongeurs dans le fond de l’eau. Parfois les butandings heurtent les bateaux, les poussant de l’avant. De la grève de galets, une nuée de personne ( personnel du centre, pêcheurs, touristes juste arrivés ) observent le manège qui a lieu à 100m de là. Toutes les 20-30 mn, les passagers des bateaux sont relevés et remplacés.

Désolé, je ne peux pas résister à l’envie d’ajouter l’image suivante faite par un photographe pro, assez réussi il est vrai : la belle et la grosse bête.

exemple de rencontre, impressionnant!! image prise à Oslob

exemple de rencontre, impressionnant !! image prise à Oslob, en arrière le bateau du pêcheur qui attire l’animal  à l’aide du krill.

Une fois, le principe compris, nous nous éloignons et envisageons de nous rendre sur la jolie île privée de SUMILON, visible de là. Mais une employée fait barrage et ne nous permet pas de nous joindre à un bateau en partance, sinon de prendre une banka uniquement pour nous deux; le bizzness continue.  Pour la première fois, l’attachement que nous portions au pays et à ses habitants prit un sacré coup. Mauvaise journée, ça arrive parfois. Seule la superbe cascade de TUMALOG, à quelques kms en moto nous apportera du réconfort. Images.

P1010286

Timalog falls, 70 mètres et plus de chute

eau laiteuse

eau laiteuse émeraude

un bel endroit qui vaut le déplacement

un bel endroit qui vaut le déplacement vraiment

Bien que les pêcheurs aient amélioré leur condition de vie, la question de la sédentarisation des Butandings, de la modification du comportement de l’animal, de la perturbation dans la migration de certains spécimens reste posée. Nous avons ainsi retenu que l’un d »eux serait resté plus d’un an sur la zone…

Bon, je suis désolé, tout cela fut assez long mais il me semblait qu’il y avait matière à s’attarder sur le sujet. Quelques adresses malgré tout.

Pour des photos sousmarines d’un modèle nageant avec les whalesharks: www.telegraph.co.uk/news/picturegalleries/howaboutthat/9788011/Models-swim-with-whale-sharks-in-an-underwater–fashion-shoot.html

Pour l’île de Sumilon, haut de gamme: www.bluewatersumilon.com.ph   Jetez un oeil juste pour le Glamping, le camping glamour !!

 

Vous l’avez compris le sud-Cebu ce n’est pas ce que nous avons réussi de mieux et pourtant  » it’s more fun in the Philippines  » en général mais là ce fut laborieux.

P1010281

6 réflexions sur “PHILIPPINES 2015

  1. Bonjour,

    Je vous remercie réellement pour votre fin témoignage car nous envisageons d’aller courant juillet avec mon conjoint et mon fils de 11 ans aux Philippines et vos conseils nous serons vraiment précieux. Votre blog est très complet et très bien fait.

    Encore MERCI
    Isabelle de Bretagne

    • merci pour votre gentil commentaire que j’accepte volontiers, j’ai du mal à écrire ce dernier voyage ayant pris du retard dans la redaction et j’espère en venir à bout
      cela fait 5 ans que nous nous rendons dans ce pays et nous révons d’y revenir, nous y trouvons ce que nous recherchons, l’idée exacte du mode de vie, du voyage, du pays que nous imaginions
      je ne peux que vous encouragez à y aller

      B

  2. Bravo pour vos commentaires, très intéressants
    Nous partons mi juillet pour un mois et allons probablement osciller entre Bohol et les environs peandnt 10 jours puis les Palawan
    Stéphane de.. Rennes

    • un mois, formidable; vous allez pouvoir en profiter
      pas loin de Bohol, Siquijor c’est très sympa et accessible aisément
      Palawan extraordinaire: el Nido, Port Barton, la plage de Sabang…la baie de Honda un peu décevant
      je vous souhaite des bons moments

      Bernard

  3. J’ai enfin lu ton blog ,les rizières font revées mon dieu que cela est beau!Tu es vraiment doué tu devrais écrire un livre sur les Philippines Le titre un Périgourdin en vadrouille aux Philippines.Bises mon Bernard

    • merci pour ton commentaire et content que cela te plaise, je craignais que cela soit trop long ou pas clair. en final, cést un français en vadrouille ou un francoy aux Phils…j’ai l’intention de changer le titre car il ne retient pas l’attention des gens sur le web bises B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *