PHILIPPINES 2015

Bon, demain départ pour MASBATE, et pourquoi Masbate? pour sortir des itinéraires fréquentés. Et se rendre à Masbate , ce n’est pas du gateau; it’s not a piece of cake.

Aux Philippines, de temps à autre, vous tomberez sur un local qui voudra à tout prix vous envoyer sur une mauvaise piste, nous l’avons vécu plusieurs fois. Cela nous arrivera encore au moment de prendre notre billet pour le ferry. Nous étions juste devant le bureau de vente quand un garde nous enverra plus loin sur le port nous soutenant qu’il y avait possibilité de prendre un billet pour le lendemain: nous voilà partis en plein soleil dans un mauvaise direction avec un mauvais renseignement et au mauvais endroit; une fois sur place, pas de départ, pas de bateau, pas de bureau de vente. 2 heures après, nous voilà  revenus exactement à notre point de départ, agacés et cramés par le soleil, devant les bureaux de 2GO – la grosse entreprise qui monte-  afin de prendre les billets pour 3jrs après. Donc se méfier, ici ce n’est pas toujours facile d’avoir le bon tuyau. Aléa du voyage.

Départ prévu pour 17h. Pour prendre le ferry de Masbate, les billets précisent d’arriver 4 heures avant, pourquoi?? Nous choisirons d’arriver 2 heures avant au Cebu pier 1 géré par 2GO propriétaire aussi de Supercat. Cela commence par un controle des papiers, des billets – avec photographie du visage, sans blaguer – puis controle des bagages par scanner et passage sous portique comme à l’aéroport. Puis, longue attente dans la salle d’attente assez moderne mais mauvaise wifi comme un peu partout.

salle d'attente au Pier1 Cebu

salle d’attente au Pier1 Cebu

Au bout d’un long moment, on nous avise que le bus-navette va nous conduire au ferry vers Pier 3. La navette finit par nous déposer sur le quai devant notre navire; des hommes en arme avec des chiens genre malinois  demandent par mégaphone aux passagers d’aligner leurs bagages sur le sol, puis les chiens reniflent toutes nos affaires .

le quai avec police et malinois

le quai avec police et malinois

Pas de souci pour les passagers , nous pouvons emprunter l’échelle de coupée et prendre possession  de nos couchettes plutot rudimentaires aux coussins usés jusqu’à la corde, en fait un genre de dortoir à deux niveaux . Plus qu’ à attendre le départ. Tout cela dans une ambiance bon-enfant. Nous visitons les lieux, et observons les préparatifs de départ: deux plongeurs sautent à l’eau et font une inspection de la coque, je ne blague pas. Comme dab, à 17h 05, un dernier passager se présente et le ferry pourra alors  lacher les amarres.

Direction la haute mer avec un coucher de soleil nuageux, le personnel de bord est assez décontracté et de bonne humeur. Petite surprise non négligeable, un plateau repas pour le diner est inclus dans le prix du billet.

l'aimable personnel de bord.

l’aimable personnel de bord.

La fatigue aidant, nous finirons par trouver le sommeil malgré le bruit des machines, l’ éclairage ambiant et le son du karaoké venant du bar du pont supérieur. Le bateau est très loin d’être complet.

En pleine nuit, un calme apparent nous réveille, et pour cause nous sommes en escale au port d’ Ormoc sur Leyte – nous l’apprenons un peu surpris – il fait très noir et il pleut passablement et sans vent sur les quais mouillés éclairés par les spots. Quelques rares passagers montent à bord et le karaoké résonne toujours. Le sommeil nous gagne de nouveau et nous n’ assisterons pas á l’ appareillage. Ainsi jusqu’ au petit jour.

Le lever du jour avec le soleil revenu est superbe sur la mer de Samar et les ïles avoisinantes; Masbate d’un côté et à tribord, on reconnait bien les îles de Maripipi, Santo Nino et Almagro. Sur le pont supérieur, comme nos voisins, nous nous éveillons doucement un peu engourdis en attente du breakfast qui nous sera offert. Nous sommes trois occidentaux, le troisième est un gars longiligne, visage émacié, une casquette bleu pale fixée sur la tête, le genre 70 ans qui a bien bourlingué.

Dans ces moments-là, en dégustant un café et observant un groupe de jeunes dauphins qui joue sur la mer calme, on se prend à penser; on se dit qu’on a de la chance, la chance d’ être là, de profiter de ce spectacle depuis ce pont exactement, que la vie n’est pas foutue, qu’elle vaut sans doute  d’être vécue…etc…quelques révélations idiotes comme cela.

lever du jour sur le pont supérieur

lever du jour sur le pont supérieur

C’est justement  cet instant-là que mon gars à la casquette  choisira pour quitter son siège et se diriger vers moi, j’ eus la sensation fugace que j’allais passer un moment difficile. Il me tend une poignée de main énergique et dit:

– salut, je m’appelle John  D .

– Salut, moi c’ est Bernard, je lui dis. Il avait une barbe de trois jours et portait des lunettes.

– d’ où viens-tu?

– de France… et je suis français, je réponds. John accuse un temps mort, il semble désappointé; mais la conversation reprend et je lui apprends que nous nous rendons sur Masbate. Lui, il continue vers Manille par le ferry via Masbate et Romblon, où il compte prendre un vol pour l’Australie car notre homme est australien. Il a envie de parler et j’ apprends qu’il vivait sur Biliran, vers Naval, du côté de Litbong pour être plus précis, en pleine nature; il y avait de nombreux expats dans le coin. Un bel endroit pour randonner dans la forêt et les rizières. 27 ans qu’ il trainait aux Philippines, sans jamais revenir aux pays; il s’était mis en ménage avec une filipina avec qui il avait eu plusieurs enfants. Il était monté à bord dans la nuit à Ormoc.

– ils m’ ont fait les pôches ! s’ écrie-t-il.

– on t’ a fait les pôches ! et qui t’a fait les pôches?

– ma famille, ils m’ ont fait les pôche !… et la famille de ma femme, ils m’ont fait les pôches ( il paraissait ébranlé ) ça n’était jamais arrivé en 27ans, tu te rends compte…c’est la première fois. J’ ai été hospitalisé pour un problème cardiaque et quand j’étais à l’ hopital, ils m’ont tout pris. J’ai été obligé de passer les fêtes de fin d’année chez un copain sur Luzon.

– et qu’est ce que tu vas faire maintenant? Tu rentres en Australie pour y rester définitivement? je lui dis.

– ben, je rentre au pays pour faire un bilan pour mon coeur et aussi pour ma vue et mes lunettes, tu te rends compte 27 ans que je ne suis pas rentré chez moi…

– et après, que fais -tu?… tu restes là-bas?

– ben, après je reviens aux Philippines, je me cherche une filipina et je m’installe de nouveau.

J’ étais écroulé… entre la peine et le rire; sacré John, il n’ avait pas compris la leçon. Le ferry entre temps avait emprunté la Masbate Pass et je prétextais l’arrivée proche pour m’éclipser. J’ aurais pu m’ attarder mais John parlait de plus en plus vite et moi, je suivais de moins en moins. Tout est vrai, rien n’est inventé…

Pour des renseignements sur les liaisons maritimes et les horaires: www.travel.2go.com.ph  . Comptez 600-800php par personne pour faire Cebu-Masbate diner et breakfast included.

Vers 10h nous toucherons le sol et nous filerons tout de suite à l’office de tourisme où nos rencontrerons Jaja ( citée dans le Lonely Planet ) la préposée de l’office; Jaja, elle connait son sujet par coeur et nous renseigne rapidement sur tout: les points d’intérêt, les hôtels, les distances, le tarif des tricycles etc; voilà, Jaja, une fille super, claire et nette, efficace, à rencontrer si vous passez dans le coin! En raison d’éventuelles coupures de courant cause travaux, elle nous conseille l’hotel NOVOTEL; ce n’est pas notre style préféré – un grand batiment coloré – mais il est central, propre, confortable et propose une bonne wifi.  Asianovotel Masbate city sur Quezon street.

la baie de Masbate vue de l'hotel

la baie de Masbate vue de l’hotel

6 réflexions sur “PHILIPPINES 2015

  1. Bonjour,

    Je vous remercie réellement pour votre fin témoignage car nous envisageons d’aller courant juillet avec mon conjoint et mon fils de 11 ans aux Philippines et vos conseils nous serons vraiment précieux. Votre blog est très complet et très bien fait.

    Encore MERCI
    Isabelle de Bretagne

    • merci pour votre gentil commentaire que j’accepte volontiers, j’ai du mal à écrire ce dernier voyage ayant pris du retard dans la redaction et j’espère en venir à bout
      cela fait 5 ans que nous nous rendons dans ce pays et nous révons d’y revenir, nous y trouvons ce que nous recherchons, l’idée exacte du mode de vie, du voyage, du pays que nous imaginions
      je ne peux que vous encouragez à y aller

      B

  2. Bravo pour vos commentaires, très intéressants
    Nous partons mi juillet pour un mois et allons probablement osciller entre Bohol et les environs peandnt 10 jours puis les Palawan
    Stéphane de.. Rennes

    • un mois, formidable; vous allez pouvoir en profiter
      pas loin de Bohol, Siquijor c’est très sympa et accessible aisément
      Palawan extraordinaire: el Nido, Port Barton, la plage de Sabang…la baie de Honda un peu décevant
      je vous souhaite des bons moments

      Bernard

  3. J’ai enfin lu ton blog ,les rizières font revées mon dieu que cela est beau!Tu es vraiment doué tu devrais écrire un livre sur les Philippines Le titre un Périgourdin en vadrouille aux Philippines.Bises mon Bernard

    • merci pour ton commentaire et content que cela te plaise, je craignais que cela soit trop long ou pas clair. en final, cést un français en vadrouille ou un francoy aux Phils…j’ai l’intention de changer le titre car il ne retient pas l’attention des gens sur le web bises B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *