PHILIPPINES 2015

SUBIC BAY: une plage de folie.

Après de nombreuses péripéties afin de trouver des espèces – ce qui sera possible à Sorsogon city – nous prendrons le chemin de Matnog. Au large de Matnog, il existe un petit groupe d’îles, Tikling étant la plus connue, et nous tenterons de joindre Subic bay sur l’île de Calintaan, destination chaudement recommandée par notre ami Bryan.

Matnog à gauche

Matnog à gauche, Tikling isl en face, la banka passe par le Juac channel et nous déposera au point 9 sur la carte, la Subic bay

Pour cela, il faut trainer autour du marché de Matnog, de là partent des bateaux privés et après négociation avec les boatmen, nous trouverons la banka  » Melton  » prête à partir dans l’heure; juste le temps de faire quelques courses, plutot recommandées: eau, légumes, fruits, conserve car que trouverons-nous sur place?

Départ prévu vers 11h. Après une jolie traversée d’une heure par beau temps, nous joindrons la Subic bay avec ses 2 plages, grande et petite Subic. En posant le pied au sol, nous foulerons le sable rosé de grande Subic, sable coloré par la présence de corail rouge.

la plage de la grande Subic.

la plage de la grande Subic.

 

Sur grande Subic, il existe seulement deux hébergements  situés à chaque extrémité de la plage; le premier ne nous séduira pas car sans charme, basique et cher et accueil sans chaleur.

Le second aura notre faveur, plus original, basique aussi mais bon marché, nous serons y accueillis par la bavarde Edith.

notre logement, chambre à l'étage, repas et salon au rez de chaussée

notre modeste logement, chambre à l’étage, repas et salon au rez de chaussée

Nous tombons d’accord avec les Melton brothers: ils reviendront nous chercher dans deux jours vers 8h du matin, nous versons un accompte pour le carburant, le solde au moment du retour.

Pas beaucoup d’ occidentaux dans le coin, pas le moindre petit magasin, juste un petit village de pêcheur un peu misérable; quelques personnes viennent nous dire bonjour mais ici on parle plus le dialecte que l’anglais. Seule Edith baragouine, comme nous, l’Anglais. Grace à cela, nous finirons par manger un modeste fish sweet and sour avec une grande marmite de riz.

Edith est très bavarde, elle en fait trop. Nous sentons rapidement qu’il se passe ici des choses bizarres: des gens passent avec des appareils photos et prennent des photos, il règne une certaine effervescence. D’un seul coup, une quarantaine d ‘hommes arrivent et en une heure de temps érigent une cloture de barbelé qui nous encercle et nous interdit la plage.

Quand nous demandons des explications à Edith, elle nous répond qu ‘elle est vraiment désolée. Nous finirons par comprendre qu’il existe un différend entre deux propriétaires potentiels du terrain, c’est donc la bagarre: tribunal, cloture, barbelé etc. Ici, aux Philippines, faute d’acte notarié et de service du cadastre, il est difficile de savoir qui est réellement propriétaire.

– Et que va-t-il se passer maintenant?

– hé bien, la population va démolir la cloture, répond-elle.

Bon, en attendant, nous allons faire un tour pour découvrir les lieux, un peu sceptique malgré tout.

A notre retour, les poteaux seront par terre et les barbelés ( barbed wire en anglais, un mot nouveau pour nous ) débités en morceau.

Le soir, après une grosse marmite de riz, nous coucherons sur la natte directement sur le sol; durant la nuit, il regnera de temps à autre une certaine agitation.

Depuis notre arrivée, Edith parle de nous conduire à son village situé à  deux kilometres. Ainsi, le lendemain, nous partirons par les collines boisées jusqu’au village principal de Calintaan, village de pêcheurs encore une fois, avec écoles, petits sari-sari stores…on sent que la vie est difficile ici, éloigné de l’activité de la grande île de Luzon; Edith nous présente sa famille, ses amis. Nous irons vers les pêcheurs et acheterons 500gr de petits poissons et des calamantsis  ( citron local ). Sur le chemin du retour, nous bavarderons avec un boatman, un de ces philippins qui ont travaillé sur les cargos vers l’Europe, celui-ci était à la retraite et councilor du barangay. Finalement, une promenade interessante.

enfant de Pêcheur

enfant de Pêcheur

A midi, nous nous régalerons de beignets de pisquettes au piment et citron. Juste avant le repas, les habitants de l’endroit avaient suivi et éloigné deux hommes.

J’ en avais demandé la raison à Edith. Il s’agissait du chef des travaux accompagné de son  » Gunman ».

-un Gunman vraiment.

– oui, il est armé et bien connu par ici, précise-t- elle. Diable, ça se complique, je me suis dit.

– où est passé ton  patron ? on ne le voit plus.

– il s’est rendu à Matnog, au poste de Police.

A 14 heures, une quarantaine de gaillards arrivent et se mettent de nouveau à planter des poteaux et à fixer des fils barbelés; en deux heures, nous sommes cloturés . La preuve en image.

la barrière de la honte

Derrière les barbelés.

N’en pouvant plus, nous décidons de rallier la plage voisine de little Subic en suivant la côte sur 500m et en franchissant une petite pointe composée de roches volcaniques noires – les volcans ne sont pas loins-. L’endroit est tranquille, pas grand monde. Deux familles semblent vivrent ici. L’un d’elles nous dit bonjour avec un signe de la main. Nous continuons notre visite et l’endroit est vraiment charmant et paisible.

 

little Subic beach

little Subic beach

Sur le chemin du retour, nous tentons de rentrer en contact avec la famille qui nous avait fait signe.

– good afternoon

– bonjour répond une dame, vous êtes français, je m’en doutais. Moi même, je vis en France, je suis marié à un français. Nous vivons dans le midi.

Elle appelle son mari: Phil, viens voir, tu as de la visite, des concitoyens…

C’est dingue ça, tu fais des kms pour arriver dans un lieu perdu et tu tombes sur des voisins; lui était lyonnais. Nous nous attardons, l’ambiance était décontractée, nous parlons de tout et de rien, des problèmes sur la plage voisines, de leurs projets…En fait notre nouvelle connaissance était propriétaire avec son frère de terrains et d’une petite affaire dans le coin venant de leurs parents, petit hébergement à développer.

– Vous resterez bien diner, nous fait-elle.

J’ai adoré cette phrase. Prononcé à cet endroit face à la mer, à ce moment là- le soleil se couchait- loin de tout, j’ai adoré cette phrase… trop drole.

 jardins fleuris à little Subic

jardins fleuris à little Subic

En final, nous ne resterons pas diner, il vaut mieux rentrer avant la nuit noire et la marée haute. Au moment de joindre notre logement, Edith viendra au devant de nous:

– ne touchez pas au barbelé, ils sont électrifiés.

A la tombée de la nuit un groupe d’hommes armés , en tréillis et rangers se déploient sous les cocotiers, armes aux poings, pliés en deux en vrai pro. Le dernier passera à côté de moi, il était chaussé de tongs; sans doute il lui avait manqué de temps pour enfiler ses rangers. Trop comique. C ‘était la police de Matnog qui venait aux nouvelles et qui craignait un coup dur entre les deux factions.

Edith nous répétera:  » no fihting, no fihting; we are peacefull people  » sans doute pour nous tranquiliser mais aussi se rassurer elle même car elle comprenait  que ce n’était pas bon pour le bussiness. Cette plage était vraiment atteinte de folie. De toute façon, demain, on se tire ailleurs.

Tout, de cette histoire rocambolesque, est vrai ( ou presque ).

Si vous aimez les îles isolées, si vous aimez jouer à Robinson Crusoe, ce lieu est fait pour vous: SUBIC BEACH sur CALINTAAN island.

Comptez 2000php pour le bateau AR, 600php la nuitée pour deux. Pensez à faire quelques provisions.

Possibilité aussi d’hébergement sur LITTLE SUBIC.

petits hébergements sur Little Subic.

petits hébergements sur Little Subic.

Le 19 fevrier, la banka Melton arrivera avec deux heures de retard, la faute à la marée basse; je veux bien les croire nos deux boatmen, c’est un incident fréquent. Mais nous leur dirons que notre journée de voyage est foutue: en première instance, notre projet était de rallier Burias island, assez éloignée. Nous changeons le programme, et tenterons donc de joindre Donsol, plus proche.

A 11h 30, nous toucherons Matnog avec la grande chaleur. Après un jeepney, un van, un autre jeepney, un tricycle, ceci via Sorsogon et Pilar nous arriverons devant notre hébergement à 16h; efficace malgré tout!!. hébergement recommandé par des voyageurs de rencontre; nous n’avons pas réservé mais il reste de la place: Dancalan Beach resort, très sympa et voisin du Donsol Whale Shark  Interaction Center pour ceux qui veulent rencontrer les requins baleines. Ici, c’est propre, bien tenu, bonne cuisine, personnel qualifié et attentif pour un tarif raisonnable; il y a même des chambres pour Backpackers.

Demain, irons-nous à la rencontre des whale sharks? Mais en fait, le lendemain, il pleuvra et nous différerons la sortie, remplacée par promenades-découvertes des environs.

rencontre avec de jeunes marchandes

rencontre avec de jeunes marchandes

6 réflexions sur “PHILIPPINES 2015

  1. Bonjour,

    Je vous remercie réellement pour votre fin témoignage car nous envisageons d’aller courant juillet avec mon conjoint et mon fils de 11 ans aux Philippines et vos conseils nous serons vraiment précieux. Votre blog est très complet et très bien fait.

    Encore MERCI
    Isabelle de Bretagne

    • merci pour votre gentil commentaire que j’accepte volontiers, j’ai du mal à écrire ce dernier voyage ayant pris du retard dans la redaction et j’espère en venir à bout
      cela fait 5 ans que nous nous rendons dans ce pays et nous révons d’y revenir, nous y trouvons ce que nous recherchons, l’idée exacte du mode de vie, du voyage, du pays que nous imaginions
      je ne peux que vous encouragez à y aller

      B

  2. Bravo pour vos commentaires, très intéressants
    Nous partons mi juillet pour un mois et allons probablement osciller entre Bohol et les environs peandnt 10 jours puis les Palawan
    Stéphane de.. Rennes

    • un mois, formidable; vous allez pouvoir en profiter
      pas loin de Bohol, Siquijor c’est très sympa et accessible aisément
      Palawan extraordinaire: el Nido, Port Barton, la plage de Sabang…la baie de Honda un peu décevant
      je vous souhaite des bons moments

      Bernard

  3. J’ai enfin lu ton blog ,les rizières font revées mon dieu que cela est beau!Tu es vraiment doué tu devrais écrire un livre sur les Philippines Le titre un Périgourdin en vadrouille aux Philippines.Bises mon Bernard

    • merci pour ton commentaire et content que cela te plaise, je craignais que cela soit trop long ou pas clair. en final, cést un français en vadrouille ou un francoy aux Phils…j’ai l’intention de changer le titre car il ne retient pas l’attention des gens sur le web bises B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *